Assemblée générale 2015 : un changement dans la continuité

L’Assemblée Générale Extraordinaire du 23 mai dernier a renouvelé notre conseil d’administration, conformément aux nouveaux statuts, puis, ce nouveau conseil m’a élu à la présidence de l’association.

C’est un changement dans la continuité, Hugues Dupuy reste au conseil d’administration ainsi que certains de nos anciens administrateurs, et est renforcé par l’arrivée de nouveaux élus et de nouvelles compétences.

Avant toutes choses, permettez-moi de me présenter.

Âgé de 67 ans, je suis en retraite depuis un an, après avoir créé et dirigé une entreprise, spécialisée dans la revalorisation touristique et hôtelière des monuments historiques, plus particulièrement en Europe Centrale.

D’abord normand par mariage, puis en vacances et en plaisancier, j’ai abordé l’Île du Large pour la première fois, il y a une trentaine d’année au moins et j’y suis retourné à l’occasion de sorties en mer ou de croisières.

Un jour, j’ai rencontré Hugues Dupuy chez un ami commun, et, naturellement, je suis rentré dans l’association, puis, m’étant installé Normandie, j’ai été invité à rejoindre le CA où je me suis plus spécialement occupé de proposer une stratégie pour que l’association puisse, grâce à son développement, se projeter dans l’avenir.

Avec ce conseil d’administration élargi à de nouveaux membres, avec le soutien des adhérents les plus actifs et les plus anciens, nous allons, ensemble, conduire l’évolution de notre association et de son projet, projet qui reste à définir.

Cette évolution, elle nous est imposée par le développement même de notre association (près de 400 adhérents cotisants), par les perspectives de changement de statut de l’île et donc de notre propre projet.

Le développement de l’association, c’est le résultat du travail, acharné, d’une petite équipe du début qui, progressivement et bravant les tempêtes de tous ordres, les vrais et les administratives, a réussi à révéler- ce que d’aucun ne considéraient que comme un tas de cailloux – un monument, à la fois d’architecture et d’histoire, mais aussi, une sorte de havre sauvage, si rare de nos jours et dans nos contrées.

Le changement de statut de l’île – qui reste à confirmer par l’État – propriétaire – nécessite que nous nous y préparions. Cela peut aboutir à une plus grande autonomie, assortie d’une plus grande responsabilité.

Cela implique aussi que nous définissions encore plus concrètement nos buts.

Si nous pouvons aborder ces perspectives de changement avec optimisme, c’est justement grâce au travail qu’ont accompli ces pionniers, pardon, ces « grognards », et à Hugues qui les a réunis et animés tout au long de ces années. Grâce à eux et à leur opiniâtreté il y a un avenir pour l’Île du Large.

C’est aussi grâce à des partenaires qui nous soutiennent et que je tiens à saluer : les présidents des Conseils de Département de la Manche et du Calvados, la fondation Langlois, les élus, parlementaires et territoriaux, la Fondation du Patrimoine et nos partenaires communs dans les produits-partages, différents donateurs discrets mais bien présents.

Tous ces soutiens nous permettent d’être optimistes mais aussi, nous obligent.

Une association – et c’est ce qui fait sa force – vit avec et par ses membres et par leur mobilisation, le conseil d’administration n’en est que leur représentant et leur interprète.

Nous ne manquerons donc pas de vous informer, de solliciter votre avis et votre approbation sur les changements à venir lorsque les choses se préciseront.

Évolution ne signifie pas révolution, mais, en l’occurrence, plutôt adaptation.

Tout en conservant et animant cette flamme passionnée des pionniers de Saint Marcouf, bravant les éléments pour aller remonter les pierres effondrées au fonds des douves, nous avons à construire un projet d’avenir qui restaure, ouvre l’île du Large au public et la réinsère dans son environnement régional maritime, tout en lui conservant ce caractère d’une terre déserte du bout du monde, toujours à conquérir.

Christian Dromard

Président

Excursion travaux du 5 mars 2015

Le groupe est parti depuis Carentan au petit matin après quelques ennuis mécaniques qui ont forcé Pierre Thomine à regagner le port.

Une fois sur place, les bénévoles se sont affairés à la pose de la toiture des remises sémaphoriques, qui vont être transformées en sanitaires pour les chantiers d’été. Deux postes de douche (chaude s’il vous plaît !) sont prévus, ainsi que des toilettes sèches. Le toit a été posé sur les charpentes reconstruites cet été par les différents chantiers qui se sont succédé durant l’été 2014. Il est constitué de tôles de bardage métallique, et de tôles en plastique transparent, pour apporter de la lumière naturelle dans les locaux. A terme, la rénovation à l’identique amènera probablement à remplacer la tôle par de l’ardoise ou du zinc. La suite des opérations prévoir la pose des huisseries, qui vont être réalisées par l’IME de Saint-Lo avec le pilotage d’un ancien menuisier de l’association Dreknor. Puis, un carrelage et un enduit seront posés avant l’installation du système de douche qui a été préparé à terre par un ancien plombier-chauffagiste, lui-aussi issu de l’association Dreknor.

Pendant les opérations de chantier, Patrice Berton, coordinateur des chantiers réalisait diverses opérations de mesures sur le bâtiment sémaphorique, qui devrait faire l’objet d’une première phase de restauration cet été, et de vérifications des travaux antérieurs : plusieurs zones nécessitent une nouvelle intervention car la mer a endommagé des joints. Si e ponton, arrimé en novembre dans la douve a bien tenu, les corps morts et le système de va et vient en sortie de port se sont déplacés sous l’effet des tempêtes de l’hiver.

A l’intérieur, Pierre Thomine et Yves Dieulengard ont assemblé les étagères qui ont été préparées au local de l’association et qui vont permettre de ranger plus efficacement et à l’abri les matériels de l’association qui restent sur l’île entre les chantiers.

Le retour aura lieu à la nuit tombée, lorsque la mer aura à nouveau permis la sortie du port et la remontée du canal de Carentan, avec, pour tous les participants, la satisfaction du travail accompli et l’envie de revenir rapidement pour terminer quelques opérations avant la nidification des oiseaux, qui interdit l’accès à l’île pour l’association.

La journée est à marquer d’un pierre blanche dans l’histoire de l’association, car c’est la première fois depuis plusieurs décennies qu’un des bâtiments de l’île retrouve un toit.

Transfert du ponton

Avec la fin des chantiers vient la période de rangement, qui a débuté début octobre, les outils sont hivernés, une partie du matériel rapatrié à terre. Le 27 octobre, une équipe de 4 bénévoles s’est rendue sur l’île pour ranger le ponton dans les douves et rapporter du matériel.

Le ponton a été amarré derrière le Fulton, avec une annexe. L’ensemble a été convoyé jusque dans la douve où le ponton a été amarré avec un système permettant de s’adapter à la variation du niveau d’eau due à la marée. L’idée est de vérifier en quelques semaines si le ponton peut y rester tout l’hiver, ce qui éviterait de devoir le ramener à terre au port de Carentan.

Tout le matériel thermique a été rapporté pour être révisé et entreposé dans u local mis à disposition par la ville de Carentan.

La prochaine opération de rangement est prévue le 8 novembre au matin.

Journée du patrimoine au fort de Querqueville

Le 21 septembre  2014, l’association tenait un stand au fort de Querqueville, ouvert au public  à l’occasion de la journée du patrimoine. La météo fut de la partie, et près de 3500 personnes ont fait le déplacement pour découvrir ou redécouvrir ce monument du patrimoine militaire.

Pour l’association « Les amis le l’île du large Saint Marcouf » c’était une occasion de faire connaître notre action et de rencontrer des habitants de la région qui peut être deviendront un jour donateurs, adhérents ou bénévoles sur les chantiers.

Patrice Berton membre du conseil d’administration passionné d’histoire et Christine Bernard assuraient la visite guidée et renseignaient le public. L’accueil a été très favorable, au delà de la vente de quelques produits dérivés, des contacts pour les chantiers 2015 ont été pris. Dans la journée, Pierre et Pierrette Thomine sont venus les assister et réaliser quelques photos.

Emission « Météo à la carte »

Mercredi 24 septembre 2014, une équipe de journalistes de France 3 avait rendez vous avec des bénévoles de l’association. En 6 minutes, notre objectif était  de montrer aux téléspectateurs l’intérêt des gens de la côte Manche et Calvados pour sauver le site et envisager sa réouverture au public, sans oublier de vanter la qualité de quelques produits régionaux de mer. L’émission compte environ 700 000 spectateurs chaque jour. Nous avions donc fait appel à des spécialistes de chaque domaine : Les Brix pour la partie culinaire, Yves Mauger pour la partie travaux et chaux, et Denis Leneveu, navigateur à voile pour la météo.

L’émission a été  diffusée le 16 octobre 2014  sur France 3

Voici le résumé de la journée par le président Hugues Dupuy :

« Superbe journée sur l’île hier, qui a vu la convergence du Flipper de Carentan, avec une dizaine de « figurants », du Narwhal de Quineville, du bateau de la famille Brix, de St Vaast avec chienne et ravitaillement en moules de Barfleur, moi même apportant des huîtres d’Isigny pour la parité bi-départementale, en tout une vingtaine de personnes.L’objectif était de reconstituer un moment des chantiers d’été et de terminer dans la bonne humeur sur la terrasse de l’amiral. L’info météo, indispensable puisque l’émission porte le nom de « météo à la carte », (quotidienne et à 12h55 sur FR3 national), a été assurée par Denis Leneveu, qui a dormi sur son voilier et qu’on a retrouvé au matin (pardon à Pierre Francois, que j’ai oublié de mentionner au journaliste, et qui aurait donné son point de vue de surfeur). C’est Yves Mauger qui  a assuré avec maîtrise la gestion des deux « chantiers » improvisés, l’un sur la digue Est en rejointage, l’autre sur la butte d’accès à niveler ; la famille Brix a préparé le déjeuner avec leur brio habituel. Toutes les poules ont été rapatriées par eux-même, à l’exception de celle qui fut victime de la chienne et finira en poule au pot. Les œufs ont été ramassés par Denis et tout s’est bien terminé vers 12h ; merci au Flipper II pour avoir convoyé nos figurants et figurantes »

Un petit complément d’information par Jean Pierre Brix :

« Hier nous avons retrouvé notre Président avec les journalistes de FR3.  Pendant qu’ils tournaient sur les chantiers, nous avons préparé une dinette avec moules de Barfleur mais aussi huîtres d’Isigny apportées par Hugues ( presque une provocation pour un Saint vaastais d’ouvrir des horsains) . Nous avons apprécié le confort de la cambuse , de la remarquable installation du  plan de travail et éclairage ! Félicitations encore à Yves l’électricien .

Nous avons aussi profité de ce voyage pour rembarquer les 7 poules . Cela n’a pas été une mince affaire de les rattraper après une cure marine de deux mois. J’avais emmené mon griffonier pour les débusquer , mais cela ne fut pas utile car a peine débarqué et le temps d’amarrer le bateau il avait déjà croqué une des cinq que j’avais fourni, et qui va devoir terminer en poule au pot ( Heureusement que ce n’était pas l’une de celles  de notre président) . A ce propos elles sont arrivées dans mon poulailler »