Chantiers 2013

Le chantier de  l’été 2013 a permis les résultats suivants:

1 – Relevage des dalles avec radeau – reporté

2 – Reprise de maçonnerie sur le rempart – en partie réalisée

3 – Restauration de la digue suite à la tempête de mars 2013 – en partie réalisée

4 – Reconstruction du môle – en partie réalisée

5 – Fin de rejointoyage de la digue – terminé sur l’extérieur

Les priorités ont quelque peu changé à cause de la fameuse tempête du mois de mars. Après chaque tempête, des pierres tombent à l’eau et les édifices se fragilisent. Les joints ayant aussi tendance à être emportés par les pierres qui tombent…

Voici des photos du môle d’accès prises avant et après la tempête du 11 mars 2013:

Photo du 4 mars 2013 Photo du 23 mars 2013

Il manque 7 pierres entre ces deux images qui seront le symbole des travaux de l’année comme les 7 travaux d’Hercule.

Pour mener à bien le chantier de cet été et les suivants, l’Association a investi dans un doris en aluminium de 8m de long, baptisé le « Fulton », du nom de l’inventeur américain qui avec son sous-marin le Nautilus, tenta de chasser les anglais des îles en 1800 sur ordre de Napoléon. Ce bateau est adapté à la fois aux intempéries et aux charges lourdes.  Son port d’attache est Quinéville dans le port de la Sinope. La Mairie a décidé de donner un vrai coup de pouce à l’association en permettant son stationnement, nous les remercions.

Chantiers 2012

Les objectifs de l’été 2012

– Ramassage et tri des pierres à rapporter aux pieds des digues (pierres de parements, lancis, crochets).

– Dégagement des douves pour faciliter le passage et l’ancrage de la barge.

– Repérage, dégagement et prise des mesures des gros blocs (en vue de calepinage), à l’enracinement de la jetée (T3) à marée basse.

– Consolidation de la digue sud;

– Lancement chantier-école « Lancis et crochets » sur zone à définir (T5) en partenariat avec l’entreprise Rigault, la Fondation du Patrimoine, la Chambre des métiers

En fonction des retours d’expérience des années précédentes, notamment avec les bénévoles, toujours plus nombreux au mois d’Août, nous avons définis différents besoins:

– Nécessité de trouver des petites embarcations type polyéthylène (en matériau souple et résistant) avec des petits moteurs : Si vous en disposez d’une et souhaitez la donner ou la prêter à l’association, n’hésitez pas à nous contacter. Très utiles pour rallier les bateaux au mouillage sur corps-morts.

Traversée d’une annexe au dessus du batardeau

– Installer une passerelle côté douve avant le début du chantier; à défaut installation d’un cordage solide le long du batardeau et autour de la dame – pour traverser en sécurité à marée haute.

– Des corps-morts, indispensables seront à utiliser pour des mouillages de longue dure ou pour des embarcations ne pouvant emprunter le port. Leurs bouées devront clairement indiquer qu’elles sont réservées aux embarcations des membres de l’association.

Et enfin pêle-mêle le matériel dont nous aurions besoin, prêté ou donné :  Pioches, masses, massettes, burins, barres à mine, pieds de biche, brouettes, diables, chariot, étais, palans, tire-fort, échelles, seaux, truelles, bétonnière thermique, un groupe électrogène en attendant des solutions plus écologiques… carburant et huile en conséquence, mais aussi pour la « survie » des bénévoles, des casseroles, gamelles, condiments, tables, bancs, gazinière (avec four),gaz, plancha, frigo à gaz….. et toutes autres bonnes idées.

Pour cette phase de travaux 2012, un joli « lieu de commodité » réalisé par Patrice Berton à partir de matériels de récupération va être installé pour le confort de tous les bénévoles

Le chantier été 2012

Une soixantaine de bénévoles se sont relayés au mois d’août pour poursuivre les travaux sous la houlette de Patrice Berton, qui a assuré les travaux sur place pendant tout le mois.

Les 4 mousquetaires du chantier 2012
Elevation de Joséphine durant l’été 2012

Patrice Berton a mis essentiellement ses équipes sur la zone sud afin de consolider des grosses dalles prêtes à basculer, pour rejointer la totalité des dalles restantes sur la jetée, de récupérer les premières dalles dans les douves: un gros travail indispensable pour les futurs travaux de reconstitution de la petite brèche. Le môle du port, très abimé par le temps a fait également l’objet de travaux de consolidation

Le plus beau défi du mois a été sans conteste réalisé par l’ équipe de choc: Thierry Leteissier, Benoit Tuvée, Christian Robbe, Christophe Lhardy, Stephan Persyn, Pierre Thomine, Patrice Berton. Relevage de Joséphine qui avait basculé dans les douves avec le temps et qui a pu être scellée sur la digue Sud. Joséphine doit faire dans les 600 kg et cela à bras d’homme!

Le chantier école

Hugues Dupuy prend les couleurs

Grâce à l’aide substantielle de la Fondation du Patrimoine, un chantier école a été lancé cette année. Malheureusement, l’opération n’a pas pu atteindre tous ses objectifs car lancée trop tardivement. Elle n’a pu être suivi que sur une semaine, mais devrait être renouvelée l’année prochaine dans de meilleurs conditions et permettra de terminer, nous le souhaitons vivement, la digue Nord-Est définitivement.

Les chantiers 2012 : Galerie photos

Chantiers 2011

La 3ème phase des travaux a été réalisée en Août et Septembre 2011.

A ce jour, on peut dire que la totalité de la zone Nord-Est des digues extérieures est sauvée:
Le fond du port, avec sa dame et son Batardeau (T2) et soixante mètres linéaires de digues qui « ne tenaient plus que par un fil » en 2009 (T1,T5), sont désormais refaites à l’identique, c’est-à-dire qu’elles offrent aux vagues non plus trente centimètres d’épaisseur comme c’était le cas avant travaux, mais deux mètres soixante de large, en bonne maçonnerie de pierres récupérées, chaux traditionnelle, un peu de sueur humaine… mais pas de sang (juste quelques doigts écrasés) et pas trop de larmes, sauf celles dues à la pluie.

Autant dire que c’est reparti pour quelques années et que nos enfants pourront en jouir à nouveau. Au vu de cette nouvelle étape franchie pour le sauvetage de l’île du Large, il ressort que c’est la première année que le chantier prend son rythme de croisière, les deux premières ayant surtout permis d’apporter la preuve à nos partenaires et autorités de tutelle que c’était « possible ».

Pour en arriver là…

Le corps de garde et le batardeau

Une soixantaine de bénévoles sont venus atterrir sur l’île pour participer aux travaux des digues en août 2011; l’entreprise Rigault a pris la suite en septembre et a embauché deux stagiaires parmi les bénévoles (un tailleur de pierre au chômage et un étudiant en architecture). Nous avons également reçu comme l’an dernier des jeunes de l’IMPRO (Institut Médico Professionel) de Caen et leurs courageux éducateurs (Nathalie et Jean-Louis).

Les conditions météorologiques souvent mauvaises ont obligé les équipes de l’Association cherbourgeoise Les Voiles Ecarlates à annuler leur séjour.

Malgré les conditions difficiles et peu confortables, tous ceux qui sont venus, sont prêts à recommencer.

Déblayage au fond des douves

Ils sont arrivés d’Auvergne, de Belgique, de Paris, de la côte normande; la première équipe (Benoît, Patrice, Jean-François, Stéphan et son jeune fils Pierre) a fait un travail remarquable, tant sur le chantier des digues que pour l’aménagement de la base de vie, se contentant d’une brouette rafistolée par le magicien-bricoleur Patrice pour transporter des tonnes de pierre, nettoyer les détritus, éliminer les nombreux cadavres de mouettes autour du chantier et préparer de bonnes conditions pour les suivants. Mais l’idée géniale de Stéphan de se munir d’une plancha majestueuse pour la tambouille a été très appréciée, dommage qu’elle soit repartie avec lui.

On ne peut les citer tous, mais tous ont été formidables; une mention quand même pour nos 3 petites guides venues de Charleroi: on leur doit entre autre la fresque du fond de la poudrière, ainsi qu’à nos tenaces scouts qui ont travaillé sur le déblaiement du fond des douves dans des conditions assez pénibles. (voir leur reportage vidéo sur youtube Route 2011-Saint Marcouf)

Au livre des records…

inscrit au charbon de bois sur les murs de la poudrière…

– Marc pour son interprétation du « Port d’Amsterdam », un soir de grand chablis

– Augustin pour avoir sorti un bar de 61 cm, grâce il faut le dire à l’intervention in extremis de Philippe – Record battu en Octobre par Antoine avec une bête de 66cm

– Emmanuel assisté de Jérôme, tous deux compagnons de l’entreprise Rigault, qui ont réussi à ramener le canot de transbordement au port, suite à un chavirage avec 5 sacs de chaux, et la pêche du soir: 15 maquereaux, 2 bars, 1 orphie, faute d’avoir pu s’amarrer à un corps mort conséquent pour transporter la chaux du bateau cabine au port. Toute la cargaison a été perdue, mais le canot a pu être sauvé.

L’an prochain, on remet ça, en espérant que les conditions d’accès et de séjour vont s’améliorer et …. que les fonds suivront.

La programmation des chantiers

État des lieux

Dégats sur l'île

1 : L’escalier et le pont levis ont totalement disparu
2 : La digue du port a disparu
3 : Le mole est quasiment détruit
4 : Le deuxième batardeau est détruit
5 : La digue et la grève en pavés sont très endommagés
6 : 2 brèches sont apparues dans la digue
7 : Le batardeau est très endommagé
…. et bien d’autres encore…

Une dégradation inexorable depuis 50 ans

La dégradation de l'ile du large depuis 1966

Une première planification validée en 2008

Les travaux envisagés dès 2003 consistent à restaurer et reconstruire toutes les digues et jetées face à la mer. Le fort et les autres  constructions sur l’île ne sont pas encore inclues dans le projet, car leur état est plus table du fait qu’elles ne sont pas exposées directement à la mer.

Le programme de travaux a été élaboré en accord avec l’architecte des bâtiments de France, en fonction des priorités d’intervention. Il a été divisé en 12 tranches chacune représentant un chantier distinct.  De T1 à T8, il s’agit de digues à reconsolider et à rebâtir: ce sont les travaux les plus urgents. De T9 à T12, ce sont les zones entièrement détruites, beaucoup plus lourdes à restaurer, mais dont l’état actuel ne peut se dégrader davantage.

(En vert, les opérations réalisées jusqu’en 2012, en bleu les opérations restant à réaliser)

La nouvelle programmation en 2015

Lors de l’assemblée générale 2015, une nouvelle planification des travaux a été présentée par Edouard Grisel, architecte maître d’œuvre mandaté par l’association. Elle englobe l’ensemble des constructions de l’île, le fort et  les bâtiments sémaphoriques.

A partir d’un document de synthèse, elle détaille l’ensemble des opérations à réaliser sur les différentes constructions de l’île en fonction de l’urgence face aux dégradations, de leur coût, et de leur technicité. Un échéancier a été établi à partir de ces éléments, il sera réactualisé chaque année en fonction des résultats obtenus des des possibilités de financement de l’association.

La planification 2015 des travaux de restauration


Photos des chantiers 2013